En Français

Traduction française des textes :
Comité de traduction de l’UTAC : Université de Théologie d’Afrique Centrale, BP 3364 Douala Cameroun, Tel : 237 99 39 39 46/ 237 99 39 18 40. Email : cothcameroon@yahoo.com
Armelle Achu, George Achu et Angèle Yanou
Coordination générale : Dr. Yanou Angèle

Dieu est mon père.

Comment voyez-vous Dieu ? La façon dont nous vivons, ce que nous faisons, les émotions que nous avons, sont le résultat de ce que nous pensons et croyons à propos de Dieu. Si nos pensées et nos croyances sont mauvaises, nos sentiments et nos actions seront mauvais. Chaque péché que nous commettons est dû à un mensonge que nous croyons. Chaque acte de justice est le résultat de quelque chose que nous croyons. Si ce que nous croyons est mauvais, nos actions seront mauvaises. Si Dieu nous ordonne de vivre d’une certaine manière, mais nous croyons qu’il vaut mieux pour nous de ne pas le faire, nous allons nous battre pour faire la volonté de Dieu et finirons éventuellement par nous rebeler.

Quand j’étais enfant, j’ai plus d’une fois entendu des sermons quand une personne pieuse décédait, où l’on disait comment Dieu descendait dans son jardin et prenait l’une de ses plus belles fleurs parce qu’il voulait que cette personne pieuse puisse être avec lui au ciel. En tant qu’enfant, je voulais aller au ciel, mais pas si vite ! Donc comme vous pouvez l’imaginer, cette croyance sur la nature et le comportement de Dieu ne m’a pas motivé à vouloir trop me rapprocher de Dieu. Je voulais être sauvé de mes péchés, mais ne pas être trop « saint » pour ne pas donner à Dieu une raison de précipiter mon décès.

C’est pourquoi j’ai été très content de découvrir qu’en fait Dieu n’est pas du tout comme ça. Jésus est venu nous le révéler et contrairement à la façon dont la religion le présente, Dieu est d’abord et avant tout un père qui aime. La nature de Dieu l’amène à nous donner tout ce qui est bon et à nous protéger contre tout mal. Oh, quelle bénédiction de connaître un tel Dieu !

Nous comprenons la grandeur de cette bénédiction en méditant sur la prière du Seigneur (le Notre Père) qui nous enseigne à nous approcher de Dieu comme des enfants venant à leur Père. Je l’ai fait, et voici quelques unes des choses que j’ai découvertes. Parce que Dieu est mon Père céleste,

1. Je ne suis pas un orphelin. Je ne suis pas seul. J’appartiens à une famille spirituelle. Non seulement j’ai un Père, je suis aussi béni avec des frères et des soeurs qui m’aiment et que j’aime en retour. (“Notre père”)

2. Je ne suis pas un vagabond. Je ne suis pas une personne sans objectif, qui se déplace de lieu en lieu errant sans but, sans aucun ordre, sans aucune direction. J’ai une maison et je suis sous une autorité. Ma maison a une adresse céleste et un chef céleste. Je me sens en sécurité parce que mon Père céleste définit les limites, donne la direction et établit les règles de la maison dans l’intérêt de la famille. Ces limites et règles m’empêchent d’errer sans but pendant que j’honore le Père et me soumets à son autorité. (“qui es dans les cieux … que ta volonté soit faite “).

3. Je ne suis pas un indigent. Je ne suis pas un pauvre — celui qui doit vivre sans que ses besoins soient satisfaits. Mon Père est riche outre mesure. Et parce que le Père est celui qui gagne le pain et le pourvoyeur de la famille, tous mes besoins sont satisfaits selon ses richesses en gloire par Jésus Christ. (“Donne nous aujourd’hui notre pain quotidien.”)

4. Je suis pardonné. Je suis accepté. Lorsque je fais quelque chose de mal, j’ai un Père qui me corrige, mais qui le fait dans l’amour, me démontrant miséricorde et grâce. Il ne me punit pas pour mes péchés parce que Jésus a pris sur Lui ma punition. Mais m’ayant déjà pardonné en Christ, mon Père va me discipliner dans l’amour afin de faire ressortir les qualités qu’Il a mises en moi. (“Pardonne nous comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés”)

5. Je suis protégé ; Je n’ai pas peur. Étant donné que Papa est à la maison, je ne crains aucun mal. Il se tient entre ses enfants et leurs ennemis et les protège contre ceux qui pourraient leur nuire. (“Ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre nous du mal.”)

6. J’ai du succès ; Je suis très favorisé. Parce que mon Père est propriétaire du Royaume, possède la puissance et la gloire, je suis un optimiste qui croit que ma relation avec Dieu me garantit la victoire. Je m’attends à avoir la faveur surnaturelle avec les anges et les hommes à cause de qui mon Père est. (“Car à toi appartient le règne, la puissance et la gloire pour des siècles et des siècles Amen).

Peter Lord affirme: « Dieu est d’abord et avant tout, par-dessus tout et par delà toute autre chose, un Père». La paternité de Dieu est en fait l’un de ses attributs à travers lesquels nous pouvons voir toutes les facettes de sa Nature.

Plus que toute autre chose, Dieu veut que nous le connaissions et que nous nous approchions de lui comme d’un bon Père. Ainsi, nous allons nous retrouver en train de nous reposer dans son amour, même lorsque nous ne comprenons pas ses voies. Est-ce de cette façon que vous le voyez ?

Demandons chaque jour au Saint-Esprit de nous révéler l’amour et la sagesse de notre cher Père, alors notre joie augmentera et nos vies seront remplies de la bonté de Dieu.

………………………………………………

Conçu par Dieu

Ralph Lauren, Donatella Versace, Giorgio Armani — Qu’est ce que ces noms ont en commun ? Tous trois sont des grands stylistes dans le monde de la mode. Leurs noms sont synonymes de classe, qualité et style. Attendez-vous à payer une grosse somme pour avoir le privilège de porter n’importe quel vêtement avec leurs griffes. Et des gens sont prêts à le faire, des millions de personnes!

Mais, aussi respectés et admirés qu’ils le sont parmi les hommes, leur meilleure création pâlit devant les œuvres du Maître Concepteur. Ils ne sont pas aussi bons que notre Père céleste. Dans Ephésiens 2: 8-10 on lit: « C’est par grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions ». Le mot qui se traduit par « ouvrage » est le mot grec duquel nous avons notre mot français « poème ». Les chrétiens sont des poèmes de Dieu ; Ses œuvres d’art.

Observons un certain nombre de choses au sujet de ces incroyables œuvres d’art. « Dieu » nous crée, autrement dit, il nous crée Lui-même ; Il ne confie pas ce travail à une tierce personne, même pas aux anges. Il nous « crée » autrement dit, nous n’évoluons pas, nous ne sommes pas la nouvelle version améliorée de quelque chose qui existait auparavant ; nous ne sommes pas des pécheurs réformés. Nous sommes tout neufs. Il nous amène à être et nous appelle à l’existence de façon surnaturelle. Et nous sommes des « chefs-d’œuvre » !

Le mot traduit par « ouvrage» peut également être traduit par « chef-d’œuvre». Qu’est ce qui distingue un chef-d’œuvre des autres œuvres ? La quantité d’efforts mis dans la création de la pièce, sa rareté, sa qualité, son âge, son attrait universel et le sujet. Sur la base de ces données, si vous êtes chrétien, vous êtes un chef-d’œuvre de Dieu !

Aucun autre acte de création n’a requis autant d’efforts de la part de Dieu. Pour créer l’univers, il n’a eu besoin que de parler. Pour créer un chrétien, il a dû devenir un homme, devenir péché, devenir une malédiction, et finalement mourir. Chaque chrétien est rare. Dieu n’en fait qu’un seul de chaque espèce et ne fait pas de duplicata. La qualité de vie des chrétiens n’est inférieure à aucune autre parce que Dieu les rend participants de sa nature divine. L’âge des chrétiens est éternel, parce qu’ils sont choisis en lui avant la fondation du monde. Par rapport à l’appel universel, les chrétiens apparaissent dans toutes les formes et toutes les couleurs. Et pour ce qui est du sujet, aucun sujet n’est plus digne que celui auquel se consacrent les chrétiens — la gloire de Dieu !

Une dernière chose. Un chef-d’œuvre est parfait — rien ne peut être ajouté ou fait pour l’améliorer. Sur la Croix, Jésus a crié, « tout est accompli ». Dans Colossiens 2: 10, Paul a déclaré, « Vous avez tout pleinement en lui. » Et l’auteur d’Hébreux 10 : 12-14 a écrit, « lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s’est assis pour toujours à la droite de Dieu, attendant désormais que ses ennemis soient devenus son marchepied. Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés » En effet, c’est ça l’œuvre du Seigneur, et elle est parfaite.

Ralph Lauren, Donatella Versace, Giorgio Armani ? Non, ceci est l’œuvre du Seigneur et c’est merveilleux à nos yeux. Conçu par Dieu !

Puisse le Seigneur nous accorder la compréhension afin que nous vivions comme des chefs-d’œuvre de grâce

………………………………………………

Ce n’est pas juste !

« Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi étant devenu malédiction pour nous. » (Galates 3: 13).
Un homme a mené une vie de voleur. Il a menti, triché, volé et a abusé des gens toute sa vie. Il ne craignait ni Dieu, ni homme. Puis, juste quelques minutes avant de mourir pour ses crimes, il rencontra Jésus. Il reçut un billet gratuit pour le ciel et depuis les deux derniers mille ans, il ne fait que jouir d’un bonheur ininterrompu. Ses victimes peuvent être en enfer, mais lui il est au ciel. Ce n’est pas juste !

Un jeune garçon méprise son père, exige son héritage, quitte la maison et mène une vie de débauche et de rébellion. Il vit pour lui-même, ne se soucie pas des sentiments de son père, se livre à un horrible comportement inimaginable. En fin de compte, il perd tout. N’ayant personne d’autre vers qui se tourner, il retourne à son père en quête de secours. Alors qu’il est encore loin, son père court à sa rencontre et l’embrasse. Il le restaure immédiatement à sa place dans la famille et lui donne le droit de jouir de tout privilège dont jouit le reste de ses enfants sans aucune exception. Son frère aîné ; celui qui était resté à la maison et avait consciencieusement assumé ses responsabilités pendant des années, se plaint. Pourquoi ce fils rebelle doit-il jouir des mêmes privilèges que lui ? Ce n’est pas juste !

Un religieux fanatique persécuta les premiers chrétiens en toute impunité. Il les emprisonna, les tortura et tua même certains. Cet homme participa à l’assassinat d’un jeune disciple nommé Etienne. Son nom est Saul. Maintenant, le voici en route pour Damas pour rassembler et massacrer les chrétiens. Mais il ne parvient pas à accomplir cette mission. Jésus le rencontre sur son chemin, pardonne ses péchés et lui confie une révélation spéciale de l’Evangile qui n’est même pas donnée à ses plus proches disciples. Pourquoi ? Ce n’est pas juste !

Ce n’est pas juste, déclarons-nous instinctivement. Ces gens méchants devraient payer pour leurs actes. Ils devraient au moins souffrir un peu pour ce qu’ils ont fait. Mais non ! Au lieu de cela, Dieu leur pardonne et les bénit.

C’est tellement contraire à notre façon de penser que nous trouvons difficile de croire que ces histoires sont véridiques. Pourtant, elles proviennent directement des pages de la Bible. Elles révèlent une grâce étonnante.

« Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi…et que nous reçussions par la foi l’Esprit qui avait été promis». Ceux qui mettent leur confiance en Jésus n’obtiennent pas ce qu’ils méritent, mais ils obtiennent ce que Jésus mérite.
Ce n’est pas juste ! C’est la grâce.

………………………………………………

Recevez simplement

(2 Corinthiens 1: 20)
Savez-vous que vous ne devez pas essayer d’être béni ? C’est vrai ! Vous n’avez pas besoin d’essayer d’être béni parce que si vous êtes en Christ, vous l’êtes déjà. Éphésiens 1: 3, dit :”béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ ! » Remarquez que Dieu vous « a » béni — ce qui veut dire que vous êtes déjà béni. Béni de quoi ? Toutes les bénédictions spirituelles ! Cela couvre tous les besoins que vous avez : le besoin de pardon, de guérison, de finances, de sagesse, de paix — Nommez-le, si c’est un besoin, Dieu l’a déjà satisfait par son Fils.

Dans 2 Corinthiens 1: 20, Paul réitère cette même vérité lorsqu’il proclame que toutes les promesses de Dieu sont oui en Jésus. Cela signifie que chaque promesse que Dieu ait jamais faite aux justes trouve son accomplissement en Christ. Jésus est l’accomplissement de la promesse de Dieu de vous guérir, parce que Jésus est votre guérison, Il est l’accomplissement de la promesse de Dieu de vous faire prospérer ; parce qu’Il est votre prospérité, Il est la promesse de Dieu pour vous donner la sagesse parce qu’Il est votre sagesse. Il est l’accomplissement de la promesse de Dieu pour vous rendre saint parce qu’il est votre sainteté. Vous voyez donc que Dieu n’a pas besoin de vous bénir parce qu’il vous a déjà béni en Christ. En vous donnant Jésus, il vous a donné tous les trésors de la sagesse et de la connaissance et a fait de vous un héritier de tout ce qu’il possède. Et lorsqu’une personne reçoit Jésus, elle reçoit la réponse à tous ces besoins à ce moment là!

Mais ces bénédictions apparaissent-elles automatiquement dans nos vies ? Avons-nous un rôle à jouer ? Selon 2 Corinthiens 1: 20, toutes les promesses sont “oui et amen à la gloire de Dieu le Père. » Ici, nous voyons que nous avons un rôle à jouer. Notre rôle est de dire « Amen » à ce que Dieu a déjà fait et ainsi lui apporter gloire. «Amen » est un mot de soumission. Quand nous disons “Amen”, nous choisissons de nous accorder avec la parole de Dieu ; de dire ce que Dieu dit et d’accepter ce qu’il dit comme étant vrai, quelle que soit ce que notre situation extérieure peut paraître.

« Amen » est aussi un mot de commandement. Il peut être traduit par « ainsi soit-il! » Une fois que nous nous soumettons à la parole de Dieu et que nous l’acceptons comme vrai, alors nous devons déclarer cette parole avec autorité dans notre situation. Si nous avons des symptômes de maladie dans notre corps, nous devons déclarer la parole de guérison de Dieu à notre corps et lui commander de recevoir cette guérison. Si nous avons des besoins financiers, ou tout autre type de besoin, une fois que nous nous soumettons à la parole de Dieu et voyons que ce besoin a déjà été satisfait en Christ, nous devons parler avec autorité à notre situation basée sur ce que nous savons que Dieu a déjà fait pour nous en Christ. Croire et déclarer — c’est notre part ! Et n’oubliez pas d’abonder en actions de grâce pendant que vous attendez la manifestation de votre miracle.

La part de Dieu est d’amener à la manifestation dans nos vies, les bénédictions qu’il nous a déjà données. Il va le faire fidèlement, tout comme il l’a fait pour la femme à la perte de sang, qui fut guérie de façon surnaturelle lorsqu’elle crut que Jésus était la guérison qu’elle cherchait et proclama avec courage sa foi en Jésus. Tout comme il l’a fait pour moi quand j’ai cru et déclaré avec courage qu’il avait frayé un chemin pour moi afin que j’aille à l’Université Oral Roberts et qu’il financerait mes études. Tout comme il l’a fait récemment pour une chère sœur de notre église, chez qui on a diagnostiqué un cancer de poumon inopérable et à qui il fut donné peu d’espoir sur le plan médical, mais qui confond actuellement les médecins en se rétablissant complètement.

Il est important de voir que Dieu a déjà satisfait tous vos besoins en Jésus, et que vous êtes déjà béni en lui. N’essayez pas d’acheter avec les bonnes œuvres toute bénédiction que Jésus a déjà obtenue pour vous avec son sang. Au lieu de cela, commencez à recevoir ses bénédictions quotidiennement en croyant que tous vos besoins sont déjà satisfaits en Christ et que tout ce dont vous avez besoin maintenant, Jésus l’est pour vous. Croyez-le. Déclarer votre accord à Dieu, au diable, à vous-même et à votre situation. Puis, regardez le Seigneur se manifester dans votre vie avec des signes, des prodiges et des miracles, pendant qu’Il pourvoit à tous vos besoins selon ses richesses en gloire.

Vous n’avez pas besoin de travailler pour avoir la faveur et les bénédictions de Dieu, parce qu’elles sont déjà les vôtre en Christ Jésus. N’essayez pas de les atteindre. Apprenez simplement à les recevoir.

………………………………………………

Quelle bénédiction !

Essayez-vous d’être béni en gardant les commandements ? Bien qu’elle soit bonne, la loi ne peut pas vous bénir. Elle peut seulement vous maudire. C’est là un enseignement clair de l’apôtre Paul: « Car tous ceux qui s’attachent aux œuvres de la loi sont sous la malédiction ; car il est écrit : maudit est quiconque n’observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi et ne le met pas en pratique » (Galates 3: 10). Pour être béni par la loi, vous devez parfaitement
obéir à toutes les lois. Si vous enfreignez une, elle doit vous traiter comme un malfaiteur et prononcer une malédiction sur vous.
Mais grâces soient rendues à Dieu, Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi en devenant malédiction pour nous ! Sur la Croix, Jésus a pris la pleine punition et la malédiction que la loi avait prononcée sur les pécheurs (Galates 3: 13). Justice est faite et maintenant aucune autre malédiction ou châtiment n’est nécessaire pour répondre à ses exigences. Nous ne sommes plus sous la condamnation de la loi parce que Jésus a pris notre condamnation. Quelle bonne nouvelle !

Mais mieux encore. Maintenant que nous ne sommes plus sous le jugement de la loi, nous avons maintenant le droit de recevoir la bénédiction promise à Abraham et à sa postérité, bénédiction que Dieu a promis de donner à tous sur la base de la foi en son Fils. Et quelle est cette bénédiction ? Le Saint Esprit ! (Galates 3: 14).

Tout comme Abraham a été déclaré juste, parce qu’il cru à la parole de Dieu pour lui concernant un fils, de même Dieu justifie tous ceux qui croient à la parole concernant le Fils, Jésus. Nous ayant donc justifiés nous par la foi, il nous bénit avec son Esprit. C’est vrai, Il fait vivre son Esprit en nous. Nous devenons la demeure de Dieu sur la terre.

Quelle bénédiction ! Quel don ! Avoir l’Esprit demeurant en nous est mieux que d’avoir votre propre mine d’or ; mieux que d’avoir votre propre puits de pétrole ; mieux que de voir Bill Gates, l’homme vivant le plus riche, apparaître soudainement dans votre vie et prendre l’engagement de pourvoir à tous vos besoins financiers pour le reste de votre vie. Ce serait grandiose, mais ce que nous avons reçu dépasse même cela.

Galates 3: 5 dit que Dieu «accorde l’Esprit et opère des miracles parmi nous. » Au lieu de Bill Gates, Dieu nous a donné son Esprit. Le Saint-Esprit est la provision de Dieu pour satisfaire tous les besoins de nos vies et faire des choses que nous ne pourrions jamais faire nous-mêmes. Il fait des MIRACLES ! Il est notre faiseur de miracles personnel, le pourvoyeur de nos besoins, notre aide divin, notre fabricant de succès, notre donneur de vie et notre destructeur de mort. Il est le don qui contient tous les dons.

Si Bill Gates offre de prendre soin de vous financièrement pour le reste de votre vie et vous continuez à vous soucier des finances, cela peut seulement signifier vous ne savez pas qui est Bill Gates et ce qu’il peut faire pour vous avec les milliards qu’il possède. Bien plus ayant été bénis par Dieu avec le Saint-Esprit, si nous ne marchons pas dans une paix incroyable, cela peut seulement signifier que nous ne savons pas qui vit en nous.

Apprenez à connaître l’Esprit Saint. Il vit en vous. Il va révéler Christ en vous et répondre à vos prières par sa puissance omnipotente pendant que vous mettez votre confiance en la Croix seule pour la justice et reconnaissez par la foi, moment après moment, que sa présence et sa puissance œuvrent en vous.
Le Saint Esprit– Quelle bénédiction ! Merci à Dieu pour son don ineffable

………………………………………………

Vous êtes à jamais parfait en Jésus

Combien de péchés faut-il pour briser la communion avec Dieu et produire la mort spirituelle ? Un seul ! Adam n’a commis qu’un seul péché, et c’était suffisant pour que Dieu se sépare d’Adam et brise la communion avec lui. Voyez vous, Dieu est entièrement juste et ne peut communier qu’avec ceux qui sont parfaits à ses yeux.

Parce que Dieu est absolument saint et juste, il ne peut négliger aucun péché. Tout péché que Dieu voit dans notre vie nous disqualifie d’entrer dans sa présence. Ainsi, pour être juste devant Dieu, il faut être parfait, sans aucune faute ni tache. Selon les critères de Dieu, il n’y a rien de tel qu’une personne partiellement juste ou partiellement injuste. En conséquence, il est impossible, par exemple, d’être à soixante-dix pour cent juste et à trente pour cent injuste. Devant Dieu une personne ne peut être que complètement juste ou complètement injuste.
Voyez vous, quand il s’agit d’être juste, il n’y a pas de position intermédiaire. Soit vous l’êtes soit vous ne l’êtes pas. C’est comme votre téléviseur. Il est soit allumé ou éteint. C’est comme un interrupteur qui n’a que deux positions — activé et désactivé. Il est donc soit activé soit désactivé, mais jamais entre les deux. Lorsqu’il s’agit de votre position devant Dieu, rappelez-vous qu’il n’y a que deux positions possibles. Le problème reste celui d’être complètement parfait à sa vue, ou d’être complètement imparfait ; mais jamais de l’être partiellement.

Parce que Dieu exige la perfection, il faut seulement un péché pour nous disqualifier complètement. Souvenez-vous qu’il n’a fallu qu’un péché pour disqualifier Adam, et il ne faudra qu’un péché pour disqualifier toute personne qui cherche à être juste en se basant sur sa capacité à respecter la loi. C’est pourquoi aucun homme ne peut atteindre la justice par un effort personnel ou par de bonnes œuvres, parce qu’aucun homme n’est en mesure d’atteindre ce standard parfait par lui-même.

Mais ce qui est impossible à l’homme est possible à Dieu ! La merveilleuse nouvelle est que la justice et la perfection que nous ne pouvions pas obtenir par des efforts personnels et par dur labeur sont un don de Dieu pour nous. Écoutez ces belles paroles de l’Ecriture :
Hébreux 10 : 10 dit, « c’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus Christ, une fois pour toutes ».
Et Hébreux 10 : 14 dit, « Car par une seule offrande il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés. »
Wow, Dieu a fait l’impossible par son Fils, Jésus-Christ ! Grâce à Jésus, le don de Dieu, vous êtes à jamais parfait devant Lui. Vous êtes dans la position « activé » ! Et vous demeurez « activé» à jamais en lui ! Dieu l’a fait pour vous par son fils.

«Car comme par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul beaucoup seront rendus justes. » (Rom. 5: 19). « Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu. » (2 Cor 5: 21).

Si vous n’avez pas encore reçu ce don de justice, il peut être à vous dès maintenant. Confessez simplement, votre incapacité à atteindre le standard de la justice de Dieu par vos propres efforts. Et, en recevant Jésus comme votre Seigneur et Sauveur, acceptez le don de justice gratuit de Dieu par lequel vous êtes sanctifié et rendu parfait pour toujours devant Dieu. Ainsi vous serez toujours en position “activé” avec Dieu.

………………………………………………

Dieu aide ceux qui ne peuvent s’aider eux-mêmes
2 Cor 12: 9

A quand remonte la dernière fois que vous vous êtes réjoui quand vous avez découvert qu’on attendait que vous fassiez quelque chose que vous ne pouviez pas faire ? Probablement jamais! La plupart des gens deviennent découragés et contrariés lorsqu’ils découvrent qu’ils n’ont pas la capacité de faire ce qu’on exige d’eux. C’est parce qu’ils ont appris qu’ils devraient être forts et indépendants et que la Bible enseigne que Dieu aide ceux qui s’aident eux-mêmes. La vérité est que la Bible enseigne tout le contraire.

Dieu veut une relation intime avec nous ; ainsi, il nous a créés pour que nous dépendions de Lui pour tout. Sa joie vient du fait que nous regardons à Lui pour tout ce dont nous avons besoin et qu’il soit capable de pourvoir abondamment à nos besoins. Mais les gens ont tendance à préférer être autonomes et indépendant et veulent être en mesure de prendre soin des choses eux-mêmes. Ils considèrent que l’autosuffisance est une vertu qui doit être cultivée.

Ce fut là la cause de la chute de l’homme et de la désobéissance d’Adam à Dieu. Il voulait être en mesure de faire les choses sans l’aide de Dieu. Ainsi, il a déclaré son indépendance à Dieu en consommant le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Malheureusement, vivre indépendamment de Dieu a produit le péché, l’échec, la maladie et la mort.

Au lieu de nous encourager à être forts en nous-mêmes, Jésus est venu pour nous rendre une fois de plus totalement dépendants de Lui pour tout. Il a dit à ses disciples qu’il était le cep et qu’ils étaient les sarments et, de même que les sarments doivent dépendre du cep pour vivre et porter des fruits, séparés de Lui, ils ne pouvaient rien faire. Il leur a enseigné à demeurer en Lui par la foi et à recevoir leur vie et leur force directement de Lui.

Enfant de Dieu, lorsque nous sommes venus en ce monde comme des bébés, nous étions impuissants. Nous dépendions de nos parents pour tout. Puis nous avons commencé à être matures physiquement et à devenir de moins en moins dépendants. Notre objectif était d’atteindre le niveau où nos parents ne seraient plus obligés de prendre soin de nous, parce que nous serions totalement autonomes. Physiquement, c’est une marque de croissance et de maturité. La force personnelle est une bonne chose physiquement.

Mais spirituellement c’est tout à fait le contraire! Spirituellement, nous grandissons en grâce en devenant de plus en plus dépendants de Dieu. Plus nous sommes dépendants plus nous grandissons spirituellement. Dans le Royaume de Dieu, la dépendance est une vertu !

La vérité est que Dieu n’aide pas ceux qui s’aident eux-mêmes. Il aide plutôt ceux qui ne peuvent s’aider eux-mêmes. Plus nous sommes faibles mieux cela vaut, si notre sentiment de faiblesse nous pousse à laisser tomber la prétention à notre autonomie et nous amène à nous abandonner totalement à la grâce de Dieu. Dans 2 Corinthiens 12: 9, St. Paul a écrit: « Et il m’a dit : ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi.»

L’Esprit de Dieu a parlé à mon cœur quelques jours auparavant pour m’aider à comprendre comment Paul pouvait se glorifier et se vanter de ses faiblesses. Il m’a dit, « Dieu fait son meilleur travail pour nous quand nous ne cherchons pas à le faire nous mêmes. » Permettez à Dieu de faire son meilleur travail ! Donnez-Lui vos faiblesses, comme l’a fait St. Paul, afin que la puissance de Christ repose sur vous et que sa force s’exprime parfaitement à travers vous.

Souvenez-vous, Dieu aide ceux qui ne peuvent s’aider eux-mêmes !

………………………………………………

Dieu répond toujours à nos prières !

Dieu répond toujours aux prières de ses enfants qui croient, mais sa réponse n’est pas toujours Oui. Lorsque notre demande est mauvaise, même si nous avons raison, il répond non. J’ai découvert que certaines des plus grandes manifestations de l’amour de Dieu pour moi se sont produites lorsqu’il a dit non à une demande qu’il savait ne pas être la meilleure pour moi. Je me rends compte maintenant que lorsqu’il dit non à quelque chose que nous demandons, c’est parce qu’il peut dire oui à quelque chose de meilleur.

Tel était le cas en 1986, lorsque je priais pour un travail particulier après avoir terminé l’université. J’ai fait tout ce que je savais faire spirituellement pour avoir le travail, mais je n’étais pas embauché. Pour tout dire j’étais déçu et énervé envers Dieu. Plus de 24 ans après, je Lui suis tellement reconnaissant de m’avoir assez aimé pour dire non et n’avoir pas été disposé à me donner quelque chose de moins que son meilleur, juste pour me calmer.

Le travail était tout simplement mon désir de cet instant là et représentait comment je m’imaginais que Dieu devrait satisfaire mes besoins à ce moment-là. Mais Dieu s’était engagé à faire plus pour moi que je n’imaginais. Au lieu de me donner ce travail pour me calmer, Il s’est arrangé pour que je devienne le pasteur d’une jeune église à Monrovia, au Libéria. Aujourd’hui, je suis béni d’être l’évêque d’un plus grand ministère et je suis plus épanoui.

Dieu voulait satisfaire mon réel besoin et répondre à mon plus profond désir. Pour dire oui à mon besoin réel, il a dit non à mon désir superficiel.

Nous devrions dire merci à Dieu quand il dit non à nos prières autant que lorsqu’Il nous accorde nos demandes. Que sa réponse soit oui ou non, c’est toujours pour notre bien. Le Père ne donne que ce qui est meilleur !

………………………………………………

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 6,359 other followers

%d bloggers like this: